WP 5 – Réseaux sociaux

On ne peut pas vivre seul dans le désert. Comment ses habitants (permanents et non permanents) vivaient-ils en société (dans les forts, les villages de mineurs, les carrières) ? Quelles étaient les places respectives des soldats et des civils ? Quelle est la nature des relations entre les habitants du désert, ceux de la Vallée ou ceux des ports de la Mer Rouge ? Est-ce qu’ils ont construit des réseaux marchands ou privés organisés en parallèle des réseaux officiels (de l’armée, des expéditions de chasse et des expéditions minières) ? Comment travaillent-ils ensemble ?

La structure et l’évolution des réseaux officiels dans le désert Oriental au cours des deux millénaires de notre étude ne sera bien sûr pas négligé dans nos analyses. Mais dans le cadre de ce groupe de travail, nous prévoyons tout d’abord de déchiffrer les réseaux personnels des hommes et des femmes qui ont vécu ou traversé le désert pendant cette période à l’aide de l’outil méthodologique d’analyse des réseaux sociaux (ARS) qui génère des représentations graphiques des relations sociales entre individus ou groupes d’individus. Cette technique a été déjà mise à l’épreuve au cours de l’étude d’un corpus de lettres privées trouvées dans le dépotoir du fort romain de Krokodilô. Sur la base de cette expérience, nous proposons de mener deux enquêtes spécifiques :

  • l’étude des réseaux personnels ptolémaïques du désert : près de 1 300 ostraca (grec et démotique) ont été trouvés à Bi’r Samut. Ils mettent en lumière la microtoponymie de la région, son mode d’administration et ses habitants (soldats, fonctionnaires, voyageurs, Blemmyes, Trogodytes et « Arabes du désert »),
  • l’étude des réseaux sociaux du Mons Claudianus : les fouilles internationales du Mons Claudianus ont permis de mettre au jour 10 000 ostraca qui donnent des informations importantes sur l’organisation des carrières de granit impériales, mais aussi sur la vie quotidienne des habitants de cette partie nord du désert Oriental. Une analyse détaillée et une prosopographie de ce corpus pourra être menée sur la société de cette carrière située aux confins du monde romain.

Afin de diffuser les premiers résultats et de les comparer à d’autres recherches en cours sur cette question, en particulier avec les égyptologues, un atelier sera organisé à Lyon sur « l’analyse des réseaux sociaux en Égypte ». À cette occasion, des spécialistes des méthodes de l’ARS (fmr Group, animé par Pierre Mercklé, sociologue au Centre Max Weber de Lyon, et Clément Levallois, Gephi Support team) seront invités à animer une session pratique au cours de laquelle les participants présenteront leurs difficultés ou les solutions originales qu’ils ont développées sur leur corpus.

De plus, tous les ostraca édités ou réédités par les membres de l’équipe seront insérés dans le Papyrological Navigator, qui rassemble tous les papyrus publiés dans un site web, entièrement audité, contrôlé par des versions d’édition et développé à l’origine pour la communauté papyrologique.


One cannot live alone in the desert. How did the (permanent and non-permanent) people of the desert live in society (in the forts, minor villages, quarries)? What was the place of soldiers and civilians in these small companies? What is the nature of the relations between the desert inhabitants and the people of the Valley or ports of the Red Sea? Did they build merchant or private networks that are organized in parallel with official networks (those of the army post, hunting expeditions, and mining expeditions)? How do they work together?

The structure and evolution of official networks in the Eastern Desert during the two millennia of our project will of course not be overlooked in our analyses. But in the context of this WP, we plan first of all to decipher the personal networks of men and women who lived or passed through the desert during the period under study, using the methodological tool of social network analysis (SNA) that produce graphic representation of social relationships between individuals or groups of individuals. This method has been chosen to lead the analysis of the network of people after their private correspondance found in Krokodilo fort. Based on this experience, we propose, as part of this project, to conduct two specific investigations:

  • study of the Ptolemaic personal networks of the desert: almost 1.300 ostraka (in Greek and Demotic) were found at Bi’r Samut. They shed light on the very precise place names of the region, its administrative pattern, and its inhabitants (soldiers, officials, travellers, Blemmyes, Trogodytes, and “Arabs of the desert”),
  • study of the social networks of Mons Claudianus: the international excavations of Mons Claudianus unearthed about 10.000 ostraka that give important insights on the organization of the imperial granite quarries, but also on the daily life of inhabitants of the northern part of the Eastern Desert. A detailed analysis and a prosopography of the names of the corpus will allow us to perform a study of the society of a quarry located in the confines of the Roman world.

In order to disseminate the first results and compare them to other on-going research on this issue, in particular with Egyptologists, a workshop will be organized on “Social Network Analysis in Egypt” at Lyon. On this occasion, the participation of SNA method specialists (fmr Group, led by Pierre Mercklé, sociologist at the Centre Max Weber of Lyon, and Clément Levallois, Gephi Support team) will be invited to lead a practical workshop during which participants will present their difficulties or the original solutions they have developed on their corpus.

Furthermore, all the ostraka edited or re-edited by the team members will be inserted into the Papyrological Navigator, which gathers all the published papyri and offers a web-based, fully audited, version-controlled editing tool originally developed for the papyrological community.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search