WP 3 – Réseaux concrets

carte des routes et sites ptolémaïques du désert (© MAFDO, A. Rabot, Th. Faucher, B. Redon)

Combien de tracés de routes du désert oriental ont été élaborés depuis le Nouvel Empire jusqu’à la fin de l’époque romaine ? Pourquoi ont-ils changé ? Comment ont-ils été marqués ? Qui possédait et transmettait la connaissance de ces passages et comment s’est-elle répandu parmi les usagers de la route et à travers les âges ? Comment était assurée la sécurité physique des voyageurs et la logistique de leur voyage (si l’on se rend compte que les puissances extérieures avaient besoin de l’expertise de la population locale qui pourrait devenir agressive) ? Comment les arrêts étaient-ils liés à la topographie, aux ressources naturelles et à la perception humaine du paysage ? Enfin, comment se déroulaient les traversées du désert (par âne, chameau, à pied, en chariot ou à cheval) ? En combien de jours et de nuits duraient ces traversées (les estimations récentes vont d’une semaine à 10 jours) ?

Pour répondre à ces questions, il faut d’abord reconstituer avec précision le tracé des routes anciennes. Ces questions de circulation ont longtemps été négligées dans le Désert oriental, même si les documents d’époque romaine donnent des noms de stations et leur espacement en kilomètres. Les contraintes naturelles liées à l’environnement et aux caractéristiques physiologiques des animaux (notamment les chameaux qui sont incapables de marcher sur un sol rocheux)  y sont pour beaucoup dans les distances.

Ce groupe de travail WP 3 sera consacré aux analyses spatiales de la distribution des sites du désert Oriental grâce au SIG élaboré dans le WP 1 dont le MNT (Modèle Numérique de Terrain) permettra la création de modèles 3D pour reconstruire et explorer les sentiers de toute la région. Le MNT sera aussi renseigné par des informations comme les puits, les passages à niveau, les infrastructures, la qualité des sols (sableux ou au contraire trop rocailleux). Les propositions des chemins seront croisées avec les informations données par les cartes et les sources anciennes. Nous essaierons aussi de comprendre les différentes logiques des réseaux réels et de déterminer l’importance de l’environnement, des contraintes environnementales, des coûts, du temps, de la distance et des moyens de transport notamment (pour un exemple de modélisation des voyages, voir le site ORBIS).


How many patterns of Eastern Desert roads were elaborated from the New Kingdom to the end of the Roman period? Why did they change? How were they marked? Who had and transmitted the knowledge of these paths ? How was it spread among road users and through the ages? How was the physical security of the travellers and the logistics of their trip ensured (if one realises that outside powers needed the expertise of local people who might turn aggressive)? How were the stops linked with topography, natural resources and human perception of the landscape? Finally, how were desert crossings actually done (donkey, camel, foot, wagon, horse)? How many nights and days are require (recent estimates range from a week to 10 days) to cross it?

Answering these questions requires, first, to accurately reconstruct the layout of the ancient roads. The issue of circulation systems has long been neglected in the Eastern Desert, even if roman dated documents gave station names and distances in kilometres between them. Natural constraints and including those related to the physiological characteristics of camels (they are unable to walk on rocky ground for instance) contributed a lot for the distances.

The WP 3 is devoted to spatial analysis and the distribution of the sites along the Eastern desert, thanks to the GIS elaborated by the WP 1 and the DTM (Digital Elevation Model): they will allow creation of 3D models of the Eastern Desert to reconstruct and explore the paths of the whole area. The 3D models will be filled with information such as the presence of wells, stations, road crossing and monitoring or military infrastructures and the soil qualification (ie sandy or rocky soils). The proposals of roads will be crossed with the information given by topographical maps, and ancient sources. We will also try to understand the different logic of the real networks and determine the importance of the environmental constraints, cost, time, distance, means of transportation, etc (for an example of travel modelling, see the ORBIS website).

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search