Projet

Desert Networks: Into the Eastern Desert of Egypt from the New Kingdom to the Roman period

Vue générale du cœur du désert Oriental, région de Samut (© MAFDO)

Le désert est un paradoxe : qu’on souligne son aridité ou ses richesses, son attractivité ou son caractère effrayant (y vivre consiste à expérimenter « une mort vivante » selon Lawrence d’Arabie, ce qui n’empêche pas certains d’avoir « la vocation du désert » tel W. Thesiger), on ne peut y faire face seul. En ce sens, le désert est un espace social de solidarités imbriquées. Le désert Oriental égyptien, situé entre le Nil et la mer Rouge, est l’un de ces déserts ambivalents : difficile à traverser et avare en eau, c’est aussi un espace recherché, riche en ressources naturelles, porte vers la mer Rouge et partant, vers l’Arabie du sud, la Corne de l’Afrique et l’Inde.

Carte des sites fouillés dans le désert Oriental avant 2017 (© B. Redon)

La région est explorée par les aventuriers, les savants, auxquels ont succédé les archéologues, depuis près de 300 ans. Ses vestiges antiques sont admirablement bien préservés : stations/caravansérails, villages de mineurs, grandes carrières impériales, temples, abris sous roche, etc. Ses caractéristiques sont évoquées par de nombreuses sources écrites (traités géographiques, historiques, itinéraires antiques) et elle a elle-même la particularité d’avoir livré des textes en grand nombre, sous la forme de tessons de poterie inscrits, les ostraca, dont la conservation est favorisée par les conditions géographiques et climatiques de la région. Contrairement aux papyrus, support plus coûteux et sans doute réservé à une partie des documents officiels qui circulaient dans la région, les ostraca gardent la trace de la correspondance des habitants du désert Oriental, qui transcrit avec une grande vitalité leur vie et intérêts quotidiens.

Pourtant, malgré de très grandes avancées dues à la publication des vestiges et des textes extraits des sables du désert Oriental, l’histoire de son occupation, de son appropriation par les différents pouvoirs qui se sont succédé sur le trône d’Égypte, reste une histoire compartimentée et statique (par période, site, discipline, type de sources etc.).

L’ambition du projet « Desert Networks » est de travailler, pour la première fois, sur le désert comme objet dynamique, sur les réseaux qui l’ont parcouru, aussi bien physiques, matériels, qu’immatériels et humains, au travers des siècles. L’hypothèse que nous souhaiterions tester est la suivante : pour traverser, vivre, exploiter, commercer dans le désert Oriental, il a fallu, aux anciens, être connectés. Comment dès lors les bédouins du désert, les sociétés anciennes de la vallée et les pouvoirs qui s’y sont succédé se sont appropriés la région, l’ont transformée, modelée, grâce aux réseaux ?

Vue du réseau des relations personnelles dans et autour du fortin de Krokodilô au début du IIe s. ap. J.-C. d’après l’analyse des ostraca trouvés dans le fortin (© B. Redon, à paraître dans Ostraca de Krokodilô II, La correspondance privée et les réseaux personnels de Philoklès, Apollôs et Ischyras, presses de l’IFAO)

Cette enquête se fera sur la longue durée, pour mettre en lumière les phénomènes de continuités et de ruptures, entre le début du Nouvel Empire (vers le milieu du IIe millénaire av. J.-C.), apogée de l’occupation de la région à l’époque pharaonique, et la fin de l’époque romaine (fin du IVe s. ap. J.-C.), après que la dynastie gréco-macédonienne des Lagides (332-30 av. J.-C.), puis les empereurs romains, ont massivement investi dans la région.
Nous nous concentrerons sur la partie sud de la région, qui abrite les vestiges les plus nombreux, organisés en deux pôles : autour des carrières du Wadi Hammamat, du Mons Claudianus et du Porphyritès au nord, et le long des voies qui ont traversé la zone, entre Coptos et Edfou, sur le Nil, et Myos Hormos et Bérénice, sur la mer Rouge.

Première version du SIG du désert Oriental, créée par Alexandre Rabot en 2016 (© HiSoMA)

Le premier objectif du projet est de réunir l’ensemble de la documentation (textuelle et archéologique au sens très large) sur les sites du désert Oriental du Nouvel Empire à la fin de l’époque romaine, dans une base de données liée à un SIG, pour créer un atlas en ligne. Il sera consultable par le public et servira également aux analyses spatiales effectuées dans le cadre du projet sur les réseaux réels, économiques et sociaux de la région.
Nous étudierons ainsi le parcours des voies et leurs équipements au fil du temps, en nous fondant sur l’étude des sources mais aussi sur l’analyse fine de la géographie de la région et des observations de terrain.
Nous tenterons ensuite de retracer les courants commerciaux qui ont traversé la région (produits échangés, personnes impliquées, rythme des échanges etc.).
Enfin, nous nous pencherons sur deux corpus de textes particulièrement riches et/ou encore largement inédits (les ostraca du Mons Claudianus et les ostraca ptolémaïques du désert Oriental) pour conduire des études de réseaux personnels au sein des petites sociétés qui ont vécu dans la région.

Carte des routes et sites ptolémaïques du désert (© MAFDO, A. Rabot, Th. Faucher, B. Redon, 2017)

Communiqué de presse CNRS : lien 


Desert Networks: Into the Eastern Desert of Egypt from the New Kingdom to the Roman period

Into the Eastern desert, district of Samut (© MAFDO)

The desert is a paradox: whether one puts emphasis on its aridity or its wealth, its attractiveness or its frightening character (for outsiders it can be an experience like the “living death”, according to Lawrence of Arabia, whereas others such as Wilfred Thesiger are drawn to this “hard and merciless life” by a long “vocation of the desert”), the experience of the desert cannot be a solitary one. The desert—far from being a no man’s land—is a social space of linked solidarities. The Eastern desert of  Egypt, located between the Nile and the Red Sea, perfectly exemplifies this twofold definition of the desert: mostly empty, difficult to cross, rocky and poor in water resources, it is also rich in mineral resources (gold and stones), and serves as a gateway for the people of the Valley of the Nile and Westerners to the Red Sea and beyond (Southern Arabia, the Horn of Africa and India).

Map of the excavated sites of the Eastern desert before 2017 (© B. Redon)

Adventurers, scientists, and archaeologists have explored the area for almost 300 years. Its ancient remains are spectacularly well preserved. They include road-stations, caravanserai, mining villages, imperial quarries, temples, rock shelters, and many others. Its characteristics have been mentioned by numerous writers in antiquity (geographical and historical treatises, ancient itineraria) and in sources from the Eastern Desert itself. Thanks to its dry climate, thousands of inscriptions and ostraka have been discovered there. These inscribed potsherds keep track of the correspondence exchanged by people scattered across the Eastern Desert and highlight their daily lives and connections.

Yet despite important progress due to the recent publication of archaeological remains and texts found in the sands of the Eastern Desert, the history of its occupation, its appropriation by the powers that have ruled Egypt and by the people of the Valley and the desert itself, remains a static and compartmentalized history.

The ambition of the Desert Networks project is to work for the first time in and on the Eastern Desert as a dynamic object, and to analyse the nature and function of the different networks that linked its various component parts over time. We would like to consider how local populations, both in the desert and in the Nile Valley, successive Egyptian dynasties and Roman Empire have appropriated the region and shaped it through linked social institutions and material networks? How were networks of different types and different scales interconnected?

Image of the relations between people in and around the Krokodilo Roman fortress, through the analysis of the ostraca found in the fort  (© B. Redon, forthcoming in Ostraca de Krokodilô II, La correspondance privée et les réseaux personnels de Philoklès, Apollôs et Ischyras, IFAO press)

This investigation will take a long term approach, spanning from the beginning of the New Kingdom (c. 1500 BC), which was the peak of regional occupation during the Pharaonic era, until the end of the Roman period (c. 300 AD), after the Greco-Macedonian dynasty of the Ptolemies (323-30 BC) and the Roman emperors had invested extensively in the area.

We will focus on the southern part of the region, which includes the most extensive remains, organized in two areas: first, around the quarries of the Wadi Hammamat, Mons Claudianus and Porphyrites, and second along the tracks that crossed the desert between Koptos and Edfu on the Nile, and Myos Hormos and Berenike on the Red sea.

First draft of the Eastern desert’s GIS, created by Alexandre Rabot in 2016 (© HiSoMA)

The first goal of the project is to gather all the documentation (textual and archaeological in the broadest sense) on the sites of the Eastern desert from the New Kingdom to the end of the Roman period, in a database linked to a GIS, to create an online atlas. It will be available to the public and will also be used for spatial analyses conducted as part of the project on the region’s physical, economic and social networks.
We will thus reconstruct the layout of the ancient roads and their equipment over time, based on the study of sources but also on the detailed analysis of the geography of the region and field observations.
We will then try to trace the trade flows that have crossed the region (goods exchanged, people involved, pace of trade, etc.).
Finally, we will look at two particularly rich and/or still largely unpublished corpuses of texts (the Roman ostraca of Mons Claudianus and the Ptolemaic ostraca of the Eastern Desert) to conduct personal networks analyses within the small societies that once lived in the region.

Map of the Ptolemaic roads and sites of the Eastern desert (© MAFDO, A. Rabot, Th. Faucher, B. Redon, 2017)

CNRS press release : link

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search