Membres

Une douzaine de chercheurs et de ingénieurs participent directement au projet Desert Networks.

Par ailleurs, le projet est fondamentalement un projet participatif et souhaite collaborer avec un maximum d’institutions et de chercheurs qui ont travaillé dans la région du désert Oriental égyptien.

  • Bérangère Redon (Chargée de recherche au CNRS, UMR 5189 – HiSoMA), directrice du projet ERC Desert Networks

Archéologue, historienne, agrégée d’histoire, ancien membre scientifique de l’IFAO, Bérangère Redon est spécialiste de l’Égypte tardive. Elle s’appuie sur l’étude combinée des vestiges et des textes pour mener une étude à la fois historique, culturelle, économique et sociale de la présence grecque et romaine en Égypte. Elle s’est tout d’abord intéressée aux bains et pratiques balnéaires gréco-romaines, comme laboratoire d’analyse de ces rencontres, dans le cadre du programme Balnéorient. Depuis 2013, elle développe ses travaux sur l’appropriation des espaces égyptiens, en particulier des marges et des frontières, par les différents pouvoirs qui se sont succédé sur le trône égyptien de l’époque saïte à l’époque romaine et sur les rencontres culturelles entre les populations établies sur le sol égyptien. Elle a dirigé la mission française du désert Oriental de 2013 à 2017 (mission dont elle est toujours directrice adjointe) et conduit aussi depuis 2018 la mission de Taposiris Magna et de Plinthine. Elle dirige le projet ERC Desert Networks.

  • Laura Aguer (Doctorante au CNRS-IRHT, Sorbonne Université, UMR 8167 « Orient et Méditerranée »)

Doctorante en papyrologie à Sorbonne Université, sous la direction d’Hélène Cuvigny, Laura Aguer bénéficie d’un contrat de trois ans (2019-2022) au sein de l’ERC Desert Networks pour rédiger sa thèse qui conduira à l’édition d’une grande partie des ostraca grecs de Bi’r Samut. Ce travail permettra de dresser une étude complète des anthroponymes attestés dans ces ostraca, ce qui donnera lieu à une analyse de réseau, dans le cadre du WP5. Cette thèse permettra aussi d’esquisser une synthèse sur l’histoire de ce fortin (sa chronologie et son activité dans le désert Oriental).

Agrégée de lettres classiques, Marie-Pierre Chaufray a suivi une double formation en égyptologie et papyrologie à l’EPHE et a soutenu sa thèse en 2011, sous la direction de Michel Chauveau, sur la fonction du lésônis (administrateur dans les temples égyptiens). Depuis 2012, elle est en charge de l’étude des comptes romains du temple de Soknopaios à Dime (Fayoum) dans le cadre du projet de M. Stadler (Uni. Würzburg), M. Capasso et P. Davoli (Uni. Lecce). Par ailleurs, Marie-Pierre a créé l’Équipe Fonds Jouguet Démotique (EFJD) dédiée à l’étude d’un corpus de registres fiscaux et administratifs du IIIe s. av. J.-C., en démotique et en grec. Pour étudier ce corpus, elle a conçu le projet GESHAEM qui a reçu le soutien de l’ERC en 2018. Membre de la MAFDO depuis 2014, elle est en charge de l’étude et de la publication des ostraca démotiques mis au jour par la mission. Elle participe aux travaux du WP5 de l’ERC Desert Networks.

Cécile Clavé, gestionnaire projets au sein du laboratoire HiSoMA. Elle s’est chargée de la gestion administrative de l’ERC Desert Networks durant les 18 premiers mois du projet et a permis aux membres de l’équipe de démarrer le projet dans les meilleures des conditions !

  • Maël Crépy (CNRS, UMR 5189 – HiSoMA), géomorphologue, géoarchéologue

Géographe et géomorphologue, Maël Crépy a soutenu en 2016 une thèse (dir. : Yann Callot, Archéorient) portant sur l’évolution paysagère et environnementale dans la dépression de Kharga (désert Libyque, Égypte) depuis 2 500 ans conditionnée par les relations entre le vent, l’eau et les activités agricoles. À partir de méthodes de prospection et de sédimentologie, d’étude de récits de voyageurs, de documents d’archives et d’images satellitaires, il se consacre aux interactions entre sociétés et environnements en milieux aride et méditerranéen depuis 5 000 ans. Il travaille au sein d’équipes pluridisciplinaires sur des terrains en France (Cévennes), en Tunisie, aux Émirats arabes unis et en Égypte. Chercheur recruté par l’ERC Desert Networks, il étudie la gestion des ressources en eau, les itinéraires empruntés pour traverser le désert Oriental et les évolutions de l’environnement à partir de la confrontation entre les récits de voyageurs (XVIIIe-XXe s.) et les observations de terrains (WP 1 et WP 3).

  • Hélène Cuvigny (CNRS, IRHT, directrice de l’Institut de papyrologie de la Sorbonne), papyrologue, éditrice des plus grands corpus d’ostraca du désert Oriental.

Directeur de recherche au CNRS, ancienne élève de l’ENS, ancien membre scientifique de l’IFAO, agrégée de lettres classiques, Hélène Cuvigny a participé comme papyrologue à la mission internationale du Mons Claudianus (1987-1993). Elle a ensuite dirigé le programme archéologique « Praesidia romains du désert Oriental d’Égypte » (ancêtre de la MAFDO) de 1993 à 2013. Elle a publié plusieurs recueils d’ostraca du désert Oriental, seule ou en collaboration, avec une prédilection pour les textes relatifs au service et à la vie quotidienne des militaires. Avec plusieurs étudiants en papyrologie, elle participe aux travaux du WP5 de l’ERC Desert Networks, pour reconstituer les réseaux sociaux des habitants du Mons Claudianus et des personnes qui ont fréquenté le désert à l’époque ptolémaïque.

Jennifer Gates-Foster occupe la position d’Assistant Professor au département « Classics » de l’Université de Chapel Hill en Caroline du Nord. Ses recherches sont centrées sur l’époque hellénistique et sur le début de l’époque romaine au Proche-Orient et plus particulièrement sur l’occupation hellénistique en Égypte à travers les études céramologiques. Elle travaille dans le désert Oriental depuis 2000, est responsable de l’étude de la céramique de la MAFDO depuis 2014 et a publié plusieurs articles fondamentaux sur l’histoire et le paysage antique de la région. Au sein de l’ERC Desert Networks, elle dirige les travaux du WP 4, sur les réseaux économiques du désert Oriental.

Doctorante de l’université Lumière Lyon 2, sous la direction de Laure Pantalacci, Isabelle Goncalves étudie l’exploitation du désert Oriental à l’époque pharaonique, notamment à travers l’observation des sites archéologiques et des pistes du Moyen et Nouvel Empire. Membre de la MAFDO depuis 2016, elle a travaillé sur le site de Samut el-Beda (district de Samut) et a participé à sa publication. Elle est aussi membre du bureau du « Cercle Victor Loret », une association promouvant l’égyptologie à Lyon. Elle bénéficie d’un contrat de 3 ans de l’ERC Desert Networks, pour collecter les données du Nouvel Empire, alimenter le SIG du WP 1 et participer aux travaux du WP 3 pour reconstruire les réseaux physiques du désert au Nouvel Empire.

 

  • Laurel Darcy Hackley (CNRS, UMR 5189 – HiSoMA), archéologue

Laurel Darcy Hackley recently completed her PhD in Archaeology at Brown University, with a dissertation on the ancient experience of Egyptian desert landscapes. Since 2006, she has worked on several archaeological projects in Egypt as a surveyor, excavator, and illustrator. Within the ERC Desert Networks, Darcy will work with Jennifer Gates-Foster as part of WP 4, especially focusing on the spatial relationships of landscape inscriptions.

Cartographe, topographe, Damien Laisney est responsable du service « Techniques archéologiques » de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée. Longtemps topographe de l’IFAO au Caire, il est spécialiste des déserts égyptiens et participe notamment à la mission du Ouadi Jarf. Au sein de l’ERC Desert Networks, il participe à la collecte des cartes récentes et anciennes relatives au désert Oriental et aux travaux du WP 3.

  • Louis Manière (CNRS, UMR 5189 – HiSoMA)

Géographe de formation spécialisé en géomatique et dans le secteur de l’eau et de l’environnement, Louis Manière travaille depuis 2013 dans la recherche en géomorphologie fluviale à l’INRAE puis sur l’érosion des sols agricoles à l’université de Tours. Il a rejoint l’équipe du projet ERC Desert Networks en janvier 2019 en tant qu’ingénieur d’études en système d’information géographique.

Il travaille à la mise en place du SIG dans le WP 1 et WP 3 avec la construction d’une base de données spatiale ; il met en œuvre la modélisation de réseaux antiques à l’aide d’itinéraires et récits de voyageurs (XVIIIe-XXe s.) avec Maël Crépy.

  • Julie Marchand (CNRS, UMR 5189 – HiSoMA)

Archéologue spécialiste de la culture matérielle de l’Égypte byzantine et du début de l’époque médiévale, Julie Marchand participe à de nombreuses chantiers archéologiques (Kôm Abou Billou, Taposiris Magna…). Au sein de l’ERC, elle est en charge de la création et de l’implémentation de la base de donnée de la céramique et des petits objets dans le cadre du WP 4. Membre de la MAFDO depuis 2015, elle a travaillé sur les campements médiévaux, ainsi que sur le village pharaonique des mineurs et a contribué à leur publication.

Spécialiste des humanités numériques au sein du laboratoire HiSoMA, Emmanuelle est responsable de systèmes d’information documentaire, et en charge du programme 3 « Réflexions sur les pratiques d’édition et d’archivage » de l’axe transversal « Edition, archives, humanités numériques ». Elle apporte son soutien au projet ERC Desert Networks en assurant notamment une veille technologique, en conseillant les membres du projet sur les procédures de gestion des données de la recherche et en apportant ses éclairages sur les méthodes d’édition de sources anciennes en XML/TEI.

Professeur d’égyptologie à l’université Lumière Lyon 2, ancienne directrice de l’IFAO, Laure Pantalacci dirige la mission archéologique de Coptos, ville sur le Nil d’où partaient les caravanes qui traversaient le désert Oriental. Elle participe aux travaux de l’ERC Desert Networks qui ont trait au Nouvel Empire, en supervisant notamment les travaux de thèse d’Isabelle Goncalves.

Spécialiste de cartographie et SIG, Alexandre Rabot est fort d’une longue activité de terrain dans de nombreux sites du bassin méditerranéen (cf. carte). Il intervient, depuis 2011, dans les missions du laboratoire HiSoMA (Égypte, Chypre…), en particulier via des projets liant relevés de terrain, SIG et gestion de données. Il est membre de la MAFDO depuis 2015 et est en charge de l’élaboration du SIG des sites fouillés par la mission (Samut el-Beda, Abbad, etc.). Il a participé à la genèse du projet ERC Desert Networks en créant un pré-SIG et participe aux travaux des WP 1 et WP 3.

  • Herbert Verreth (KU Leuven, Belgium)

Herbert Verreth (1965) studied Classical Philology and Archaeology at the KU Leuven and got his PhD of Ancient History at the same university in 1998. His fields of special interest are historical geography of the ancient world and the reception of antiquity in films, comics and novels. Since 1993 he has actively been involved in the creation of online databases that were at first focussed on Graeco-Roman Egypt, but now encompass the whole ancient world. As a long-time member of the Trismegistos team of the KU Leuven (https://www.trismegistos.org/index.php) he collaborated on most projects that enhanced the development of this database, but his main responsibility is the expansion of the geographical files there, that list already more than 55.000 toponyms that are mentioned in ancient (documentary) sources or where ancient documents have been found. For the ERC Desert Networks project, in the frame of the WP1, he added translations to the 2215 references to Eastern desert toponyms in the ancient sources and to the 1627 references to ancient toponyms mentioned in the 4435 published documents found in the Eastern desert. He also searched for references to the Eastern desert in the Arabic and other geographical and historical sources for the 8th till the 18th century, and excerpted a large number of archaeological and topographical maps looking for toponyms from the Eastern desert. All this information will be available both in Trismegistos and in the Desert Networks database. The toponyms from both databases will be linked to each other once the Desert Networks website will be online.

  • Noémi Villars (Collaboratrice Scientifique à l’Université de Bâle), égyptologue et créatrice de bases de données

Égyptologue et archéologue, Noémi Villars a soutenu fin 2012 une thèse écrite en cotutelle (EPHE – Université de Bâle) dans laquelle elle étudie le rite d’offrande de l’œil-oudjat à travers les textes présents dans les temples égyptiens d’époque gréco-romaine. Ayant créé pour ses recherches une base de données, elle se passionne pour les Humanités Numériques et leur potentiel de contribution à la recherche.

En 2016, elle intègre le projet Life Histories of Theban Tombs de l’Université de Bâle, pour lequel elle crée en collaboration une base de données relationnelle visant à collecter les données produites lors de fouilles à Sheikh Abd’ el-Gourna. Elle est également responsable de la gestion et de l’étude des Mass Finds et Individual Finds du projet.

Elle a rejoint l’équipe du projet ERC Desert Networks en décembre 2018 en tant que créatrice et responsable de la base de données (WP1). Depuis 2019, elle implémente et gère également la base de données de la MAFDO, qu’elle a intégrée sur le terrain en 2020 en tant que data manager.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search