Informer et conserver les données de la recherche de terrain, par A. Rabot

Dans le cadre du projet ERC Desert Networks, des milliers de données vont être réunies par les chercheurs de l’équipe : photos, cartes topographiques, scans de description de voyageurs ou d’articles scientifiques, informations stockées dans la base de données, informations produites dans le SIG, articles et livres écrits par les membres de l’ERC, comptes-rendus de réunion, etc.

Alexandre Rabot, ingénieur d’études au laboratoire HiSoMA (UMR 5189), réfléchit depuis plusieurs années à la gestion des données de la recherche, notamment des données archéologiques, et à la manière de les informer et de les conserver. Au sein de l’ERC, il a activement participé aux travaux conduits sur ce sujet durant les premiers mois d’existence du projet Desert Networks, qui visaient à établir un Plan de Gestion de Données (PGD, ou DMP en anglais, Data Management Plan, du reste rendu obligatoire désormais pour tous les projets européens).

Il livre ici quelques réflexions sur son travail.


Informer et conserver les données de la recherche de terrain

par Alexandre Rabot, IE, HiSoMA (UMR 5189)

La communauté de la recherche en SHS, et particulièrement en archéologie, est de plus en plus sensible à la prise en charge de ses données de terrain.

Si l’informatisation offre des opportunités manifestes (rapidité d’exécution, faiblesse des coûts, facilité d’usage, supports…), elle comporte aussi des risques importants de pertes et fragilise nos données et leur exploitation future. Ces documents étaient, jusqu’à il y a peu, souvent mal suivis. On maîtrisait peu leur nommage, leur format, leur description, leur stockage, leur partage et leur conservation à long terme.

Au sein du laboratoire HiSoMA, des missions archéologiques et des projets (ANR, ERC…) qui y sont rattachés, un effort particulier a donc été produit pour faire face à ces défis documentaires.

Quelques « bonnes pratiques » simples permettent déjà, dans ce domaine, de mieux faire aujourd’hui pour mieux travailler demain. En voici quelques-unes.

Le nommage des fichiers

Une syntaxe claire, articulée et constante est assignée au nom des fichiers, évoquant en particulier l’auteur du document, le type de documentation, le projet auquel il est lié, la date de production (année / mois / jour) et l’extension (par ex ZD_dessin_ANR_SWT_180101_tiff).

Cette opération est facilitée par un traitement par lot. Les logiciels Bridge de la suite Adobe (« Outils », « Changement de nom global », cf. https://www.adobe.com/fr/products/bridge.html) et XnView (« Outils », « Renommer par lot » ; cf. https://www.xnview.com/fr/) permettent aisément cette opération.

L’information des métadonnées

Ces « données sur les données » permettent de retrouver ou de découvrir un document par son contenu, par ce qu’il décrit. Quelques mentions sont essentielles : nom d’auteur, rattachement, description, mots-clefs, localisation textuelle, droits.

Ces informations sont présentes dans le schéma de métadonnées générique Dublin Core (cf. https://fr.wikipedia.org/wiki/Dublin_Core) ; les rubriques dites IPTC (cf. https://iptc.org/), nativement présentes dans nombre de documents numériques, accueillent facilement cette information ; elles ont des champs communs avec d’autres standards (comme par ex. le VRA, cf. http://www.loc.gov/standards/vracore/).

Les métadonnées ainsi enregistrées sont exportables, au besoin, vers des tables (type .csv) grâce à certains outils (l’extension IPTC-Plus liée à Bridge, la fonction « Édition », « Métadonnées », « Exporter les données IPTC » de XnView). Les métadonnées techniques (EXIF) sont également exportables. On peut ainsi disposer de documents complets, techniques et descriptifs, sur nos données.

Le choix des formats

Il est important de choisir des formats de fichier ouverts (non propriétaires), standards, stables / durables pour assurer la pérennité de nos données. En la matière, les conseils du CINES sont précieux (cf. https://facile.cines.fr/).

La géolocalisation

De façon croissante, nos données vont être visualisables ou moissonnables grâce à leurs caractéristiques de positionnement, leurs coordonnées. Le système le plus couramment utilisé est le WGS84, celui du système GPS. Ces informations peuvent être produites en même temps que le document lui-même (photo), lorsqu’un système de positionnement est embarqué, dans un appareil photo ou un smartphone par exemple. Elles peuvent être, dans des photos, cartes, plans, documents textuel etc., ajoutées a posteriori, une à une ou par lot, grâce à divers logiciels (dont Geosetter).

Ces données techniques font partie du champ des EXIF. Elles peuvent être, elles aussi, exportées vers des tables. Ces dernières, dotées de coordonnées, pourront, à leur tour, être ouvertes dans un logiciel de SIG, type QGis, et devenir des couches de points et exploitées comme telles.

Le stockage, le partage et la pérennisation

Ces opérations doivent être sécurisées, et partagées avec une institution ou une organisation aux objectifs transparents et désintéressés (non commerciaux), une structure qui ne soit pas un simple prestataire mais un partenaire, partie prenante dans nos enjeux scientifiques. L’infrastructure publique française Huma-Num s’avère être notre interlocuteur naturel dans ce domaine.


Bibliographie : A. Rabot, « Missions et archives de fouille. Entre la production et la conservation », dans Sandra Zanella, Jean-Pierre Brun, Martine Denoyelle, Pierre Rouillard et Stéphane Verger (dir.), Les archives de fouilles : modes d’emploi, OpenEdition Books, Collège de France, 2017 (https://books.openedition.org/cdf/4909?lang=fr).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search