Présentation des membres de l’ERC : Julie Marchand, spécialiste de l’Égypte byzantino-omeyyade

Nous présenterons sur ce carnet les membres de l’ERC, leur parcours, leurs missions au sein du projet Desert Networks, leurs réalisations.

Le premier billet est consacré à Julie Marchand, archéologue et spécialiste de la culture matérielle de l’Égypte byzantine et proto-islamique.

Après avoir soutenu une thèse en 2016 à l’Université de Poitiers (sous la direction de P. Ballet et R.-P. Gayraud), elle est dorénavant post-doctorante au sein du laboratoire HiSoMA de Lyon et continue ses recherches sur le terrain en participant aux missions du désert Oriental, de Taposiris Magna et de Kôm Abou Billou notamment.

Ayant intégré l’équipe de l’ERC Desert Networks dès le début du projet, elle est en charge de la création et l’implémentation de la base de données associée au groupe de travail WP 4 sur les réseaux économiques. Avec Jennifer Gates-Foster, elle construit l’outil qui permettra de spatialiser le matériel, tant les conteneurs que les petits objets, et de reconstituer les pratiques et les courants commerciaux et leur évolution du Nouvel Empire jusqu’à la fin de l’époque romaine.

Au-delà de la constitution de cet outil, Julie Marchand s’interrogera aussi sur l’exploitation, l’utilisation et le commerce de la pierre tendre, la stéatite en particulier. Cette roche est en effet native du désert Oriental : on connaissait jusque-là son exploitation au début de l’époque médiévale (Harrell, Brown 2008), mais avec les études matérielles menées sur les sites ptolémaïques de Samut Nord, B’ir Samut et ‘Abbad par la MAFDO, un nouveau corpus a été mis au jour, beaucoup plus ancien, formé d’éléments de parure très sommaire et de conteurs divers.

Babioles en stéatite trouvées dans l’un des dortoirs de mineurs de Samut nord (© MAFDO, A. Bülow-Jacobsen)

Les conteneurs réfractaires, taillés grossièrement, sont toujours très simples, des bols convexes ou des grands conteneurs de cuisson à fonds plats. Ces derniers portent souvent des traces de suie sur la paroi extérieure suggérant ainsi que les pots étaient déposés directement sur ou à côté du feu, et non pas en suspension au-dessus comme les marmites en céramique.

Bol en stéatite trouvé à Bi’r Samut (© MAFDO, J. Marchand)

La localisation de toutes les carrières de stéatite du désert Oriental, dont quelques-unes sont déjà connues dans les districts limitrophes de Samut (comme à Barramiya ou dans le Gebel Muweila), ainsi que l’inventaire et la caractérisation des conteneurs de pierre dans les fortins le long des routes du désert devraient, en parallèle des études céramologiques, permettre de mieux cerner les réseaux, ses acteurs (populations locales ou hommes de la Vallée), ainsi que leurs orientations.

À notre connaissance, les conteneurs de pierre tendre ne sont pas connus dans la Vallée. Dès lors, la circulation et les échanges étaient-ils limités aux réseaux internes au désert et à la côte de la mer Rouge ? Puisque la pierre tendre est aussi exploitée dans le Hedjaz, de l’autre côté de la mer, dans la péninsule Arabique, et que les Nabatéens produisent également de la vaisselle de cuisson en pierre, existe-il des contacts privilégiés entre ces populations ? Dans le cadre du projet Desert Networks, et avec le développement des outils informatiques permettant de faciliter les enquêtes de réseaux et les analyses spatiales, des réponses pourront être apportées à ces questions.

Cette étude permettra aussi de développer, en collaboration avec celles des archéozoologues, des recherches sur les pratiques alimentaires des hommes de la Vallée et/ou des populations locales dans les conditions particulières que sont les “petites sociétés” du désert.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.